Japan's Dark Face Index du Forum
 
 
 
Japan's Dark Face Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Retraite [libre]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Japan's Dark Face Index du Forum -> Rôle Player Game -> Grands Espaces -> Alpes Japonnaises
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aiko Sanada
Humains

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 47
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猴 Singe

MessagePosté le: Mar 18 Aoû - 12:08 (2009)    Sujet du message: Retraite [libre] Répondre en citant

    Aiko s’essuya l’épaule d’un revers de la main.

    - Ça pue ici professeur…
    - Normal, nous sommes dans les égout capitaine.

    Le visage fermé, la jeune femme observer en vain les détritus en face d’elle. Voilas bien quatre jours qu’elle le traqué celui là, et voilas qu’il arrivait à les semés dans les égouts, c’était sérieusement blasant. Et légèrement agaçant. Sachant que les fichus militaire qui lui coller au cul depuis l’évasion des daemon passait leur temps à râler… Ça n’arrangeait sérieusement rien à l’état moral de la jeune femme. Autant vous dire qu’elle aurait bouffer un grizzli…

    - Pro..
    - C’est bon on remonte…

    Elle entendit clairement les soupire de soulagement des militaires dans son dos. Je vous jure, ça fait parti d’une unité spéciale avec un entraînement de taré et ça trouve le moyen de faire sa chouquette pour une odeur nauséabonde. Bon d’accord ça s’incruste dans les vêtement pendant trois semaines et il faut au minimum se lavait une cinquantaine de fois pour retrouver une odeur corporel à peu près potable mais quand même.
    Rebroussant chemin, ils remontèrent à la surface par une bouche d’égout donnant sur une petite ruelle abandonnée du centre ville d’Osaka. La des camions noir s’était garée et les attendait déjà. Quelques bado c’était agglutiné de chaque côté de la ruelle barrée. Il y avait même des journaliste pour tous vous dire. En même temps un restaurant avait était saccagé et les reste d’un vampires, totalement déchiqueté avait était retrouvé au beau milieu de l’artère principale de la ville. Certains militaires s’affairer déjà à faire partir tous ce beau monde… sans succès bien entendu. Aiko poussa un soupire exaspérer et monta sur sa moto garée non loin de là/ Le moteur de l’engin se mit à vrombir et la jeune femme fit mine de foncer dans le tas ce qui fit s’éloigner pas mal de monde. Une fois ceci fait le convoi pu partir. Mais Aiko ne parti pas dans la même direction. Non, elle rentra directement chez elle, elle avait besoin d’être seul et de réfléchir.

    Tokyo - Siège du gouvernement, une semaine plus tard.


    - Nous ne pouvons pas vous laisser quitter ce programme professeur Aiko. Comprenez-nous, vous êtes la scientifique la plus apte à trouver un « remède » contre les daemons.
    - Si vous le pouvez, de toutes manière vous n’avez pas le choix…

    Avez-vous déjà vu Aiko en tailleur avec des lunettes et les cheveux attaché en un chignon ? Non, et bien voilas,, c’était une première, et je peux vous avouer, que si elle est déjà impressionnante en temps normal, la s’était pire. D’ailleurs le général, bien que courageux, n’en mena pas large bien longtemps face à elle, il finit, contre son grès, par accepté la démission de la jeune scientifique.
    En même temps il n’avait pas trop le choix. Qu’il l’accepte ou qu’il ne l’accepte pas elle ne les auraient pas plus aidé.
    Pourquoi avait t’elle donner sa démission ? Cela rester un mystère, tous ce que je peux vous dire c’est que militaire et scientifique n’ont jamais fait bon ménage, et qu’en plus de ça ses recherches n’avançait pas. Elle tâtonner et franchement le côté scientifique surdouée et hyper jeune commencer vaguement à la saouler…

    Alpes Japonaise Six mois plu tard


    Cela faisait maintenant bien six mois que Aiko avait donné sa démission, et à peu près autant de temps qu’elle s’était retirer dans les alpes japonaise. Entraînement quotidiens et méditation au milieu d’une forêt des plus calme.
    Ce matin là, elle était au milieu d’un clairière et elle méditer. Les yeux fermé, elle se laisser porter loin, faisait le vide dans son esprit alors que les petit oiseaux chanté. Ça ne lui ressemblait pas n’est-ce pas ? Et pourtant…
    Un bruit se fit entendre dans son dos. Elle saisit une lame caché dans une de ses bottes, et toujours les yeux fermé la lança en arrière. L’inconnu, la personne dérangeante, se trouva agrafée fermement à l’arbre.

    - Puis-je connaître l’identité de la personne qui a décider de me faire chier ce matin ?

    Oui, la déjà, ça lui ressemblait plus…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Aoû - 12:08 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kimiko Namida
Daemons

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2009
Messages: 2
Féminin Balance (23sep-22oct) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 26 Aoû - 14:01 (2009)    Sujet du message: Retraite [libre] Répondre en citant

Fine silhouette se mouvant avec habilité entre les ombres. Voilà ce qu’était Kimi, démone à mi-temps, daemon à plein temps. Une fille qui se servait de son physique pour attirer ses proies dans sa toile avant de les dévorer tout cru. Et c’était exactement ce qui était en train d’arriver au jeune homme qui lui faisait face. Enfin jeune, il devait avoir un peu plus de la trentaine. Depuis une semaine qu’elle était à Nagoya, elle n’était pas encore descendue se nourrir d’hommes un peu trop pervers. Elle avait eu tort. A peine quelques minutes après être arrivée en bas de la petite chambre d’étudiante qu’elle louait, elle se faisait déjà abordée. Rien à dire, son nouveau terrain de chasse lui plaisait au plus haut point. Les quelques villages par lesquels elle avait fait halte durant son voyage de Tokyo jusqu’ici s’étaient tous révélés très décevants. Mais là, elle était actuellement dans le lit d’un homme. Elle ne se lassait jamais de sa procédure. Prendre un maximum son pied dans tous les sens du terme. D’abord de la façon la plus classique quand on se retrouve à deux, nus, dans une chambre, sur un lit. Mais la différence de procédure entre les gens normaux et elle venait après. Au moment précis au l’homme se décidait à mettre fin aux ébats.

Non, jamais il ne mettrait fin à son plaisir cet être inférieur. Car elle l’empêchait de se lâcher, commençant ainsi sa partie préférée. La partie « torture ». Rien à dire, elle aimait ces moments. Bon, à cause de ces petits plaisirs, il allait sans dire que quiconque se serait donné la peine de la pister n’aurait eu aucun mal à suivre sa trace. Mais qui pouvait se douter que cette jeune adulte qui paraissait si petite, si innocente, était à l’origine de toutes ces mutilations. Et puis, après tout, c’était aussi une bonne chose pour l’humanité, tant d’hommes qui se croyaient supérieurs et qui pensaient que le corps d’une femme s’achetait au détruit de celle-ci. Enfin, c’était un autre débat. Pour le moment, son bipper sonnait doucement, de façon imperceptible pour des oreilles humaines. Son généreux donateur l’appelait. Oui, le problème depuis qu’elle était ici était qu’elle se devait de rejoindre cet homme qui se croyait chef dès qu’il l’appelait. Bon, en temps normal, elle se serait contentée de l’envoyer chier, mais la jeune manipulatrice savait ce qu’elle pouvait tirer de se montrer obéissante dans un premier temps à ce daemon, du moins, jusqu’à ce qu’elle lui soit nécessaire. Mais là, il abusait. Une semaine qu’elle était venue et pour une fois qu’elle pouvait s’amuser, il lui coupait le plaisir. Salaud, ne put-elle s’empêcher de penser. Elle règlerait ses comptes plus tard. Se levant de la table du restaurant chic où elle était assise, elle fit une petite révérence vers l’homme qui lui payait son repas. Elle vint déposer un baiser sur sa joue en soufflant dans le creux de son oreille un petit mensonge, le temps de prendre son portefeuille, puis elle se dirigea vers les latrines.

Le restaurant en question était situé au dernier étage d’un bâtiment qui, bien que plus petit que celui de Shibuya 104, n’avait pourtant rien à lui envier quant à sa prestance. Comme elle s’y attendait en demandant un repas au jeune commercial, il l’avait mené dans le restaurant le plus chic de Nagoya et avec une vue magnifique. Oui, rien à redire, le restaurant lui avait plu. Et voilà qu’elle se trouvait obligée de partir en plein milieu du repas. Elle se promit de faire payer à cette enflure qui se croyait tout permis. Réajustant le bipper sous le haut de son jupon, la partie opaque, puisque le reste était transparent, elle regarda autour d’elle. Une large fenêtre lui faisait face. Sans plus de réflexion, elle l’ouvrit et s’élança dans les airs. Jamais elle ne s’habituerait à la sensation qui suivait chacun de ses sauts. L’impression de voler. Une liberté sans limite. Le temps qu’elle traverse une bonne dizaine d’étage, elle avait troqué son apparence si tentante contre celle du monstre qu’elle était. Elle atterrit tout en souplesse sur le toit du petit immeuble se trouvant à côté. Puis, sans perdre plus de temps, elle s’élança au travers de Nagoya, se mouvant avec grâce malgré son corps peu attirant jusqu’au point de rendez-vous, un petit parc. A une dizaine de mètres de là, elle se laissa poser dans la rue afin d’échanger son apparence contre celle dont elle était vêtue la plupart du temps. Lissant les plis de sa robe, elle s’avança du haut de ses talons aiguilles.

Comme d’habitude, l’endroit était plongé dans l’obscurité la plus complète. Elle soupira. Il semblait que celui qui se prenait pour son chef ait encore oublié que comme tout daemon, elle voyait dans le noir. Elle s’avança sans même prendre la peine de sursauter quand le gamin d’une douzaine d’années se laissa tomber devant elle. Elle avait pris l’habitude de voir Rui débouler comme ça. Car oui, Rui, celui qui l’avait appelée, n’avait que 12 ans. Comment s’étonner après qu’elle ne puisse pas s’empêcher de le maudire intérieurement à chaque fois qu’il lui imposait ses volontés. Mais elle savait que si elle voulait parvenir à ses fins, il lui fallait supporter l’affront. C’était en effet un des plus forts daemons du coin, le premier. Ils avaient été ensembles dans le laboratoire de Sanada. Ensemble à s’enfuir aussi. Alors que le gamine se jetait à son cou, une petite boule de poile vint se poser sur son épaule.

*Je ne t’avais pas oublié, Kan, ma belle. Mais que veux-tu, ce dégénéré m’a encore appelé…*

Poliment, Kimi reposa Rui à terre. Il chantonnait des « Kimi » à tout va. Comme si ça faisait une éternité qu’elle ne l’avait pas vu, alors qu’ils s’étaient quittés deux heures plus tôt. A lui donner envie de l’étriper bien qu’elle sache qu’il lui fallait se retenir. Deux autres daemons les avaient rejoints. L’un avait 14 ans et l’autre, une fillette, n’en avait que 10. Ces trois-là ne s’étaient pas quittés après les expérimentations qui leur avaient valu leurs conditions actuelles. C’était l’aîné qui était venu la chercher une semaine plus tôt, lui disant qu’il fallait absolument qu’elle vienne. Et elle l’avait suivi. Idiote qu’elle était. Tapotant sur la tête de Rui, elle se tourna alors vers les deux nouveaux arrivants. Elle ne pouvait s’empêcher d’espérer que c’était l’un d’eux qui l’avait appelée. Sinon, elle allait tuer la larve qui la collait. Combien de fois avait-elle cru le temps de la chasse venue, pour rien ? Et comme pour répondre à son interrogation muette, l’aîné ouvrit la bouche, aussitôt coupé par sa cadette.


« Ca sert à rien de lui dire de venir s’assoir, ça fait une semaine qu’elle attend. »

Regard froid échangé entre les deux. C’était sans doute leur façon de s’aimer…

« On a trouvé sa trace. Tiens, une carte. Elle est dans les Alpes Japonaises. Bonne chance. »

Ca y est, elle était libérée du fléau nommé Rui. Celui-ci semblait sur le point de parler mais, se servant de ses charmes, elle lui adressa un petit sourire en posant un doigt sur sa bouche et en déposant une bise sur sa joue. Puis, sans attendre qu’il récupère, elle s’empara de la carte que lui tendait Akira. Akane n’avait, quant à elle, pas bronché. Elle soupira, soulagée. Elle tira une légère révérence aux trois daemons, puis, leur lançant deux ou trois mots d’au revoir, elle s’élança dans la nuit. Kan était partie l’attendre à l’appartement. Il ne lui fallut pas longtemps à emballer ses affaires et à partir. Peu après, elle était en route. Elle avait retrouvé la trace de Sanada.

# Une semaine plus tard #


La jeune daemon venait d’arriver au petit village le plus près de l’endroit où devait se trouver la chercheuse. Après avoir fait un peu de charme, elle avait obtenu de loger dans une chambre d’amie chez un vieux couple. Elle avait expliquée qu’elle fuyait un ex qui avait intégré les Yakuza récemment, et qui en voulait désormais à sa vie. Son mensonge l’avait fait sourire, c’était elle, la Yakuza, Yankee et tout ce qu’on voudrait bien en dire. Mais il n’empêche que son histoire restait crédible. Depuis qu’elle avait quitté Nagoya, elle avait remarqué qu’un vampire l’avait prise en chasse. Comment savait-elle que c’était un vampire ? Un individu buvant du sang ne pouvait être qu’un vampire. Elle sentit ses lèvres s’étirer. Elle avait pris un malin plaisir à laisser une piste bien apparente, entre les histoires de monstres et ses proies mutilées. Il suffisait de suivre les corps pour la trouver, et apparemment, ça avait marché puisque le vampire était dans le coin. Elle entendait derrière elle ses bruits de pas.

Oui, elle avait quitté le village une heure plus tôt, partant soi-disant s’aérer l’esprit dans la forêt. Mais en vérité, la carte devant elle l’aidait à se guider sur les traces de Sanada. Le vampire qui la suivait serait son bouclier face à cette démone. Malgré le fait qu’elle ait démissionné, il n’empêche qu’elle gardait de nombreux ennemis, surtout parmi les monstres qu’elle avait créés. La jeune daemon passa la main sur son épaule à la recherche de Kandryl, sa boule de poile. Mais cette dernière n’était pas là, pour des raisons pratiques, elle surveillait en ce moment même le vampire, s’assurant que ce dernier ne se perde pas en se montrant par moment. Connectant son esprit avec celui de sa seule âme-sœur, elle regarda l’endroit où elle se trouvait. Plus très loin. Soupirant, la jeune fille se remit en route. Il ne fallait pas trainer.

Ce qui lui évita de se retrouver épinglée fut Kan’. Cette dernière l’avait rejointe, puisque le vampire se trouvait à deux ou trois mètres, à terre, tandis qu’elle se déplaçait dans les arbres. C’est elle qui repéra la scientifique, assise en pleine méditation dans la clairière. Gonflée celle-là, ne put s’empêcher de penser la création de cette même scientifique qui semblait oublier que le monde était sans dessus dessous par sa faute. Peut-être fallait-il le lui rappeler. Une piqure de rappel, un petit vaccin, rien de plus. Elle rigola intérieurement tandis que son sourire s’agrandissait. Le vampire allait tomber droit dans le piège qu’elle avait inconsciemment tendu. En effet, il n’était pas à démontrer que les réflexes de la scientifique étaient hors du commun. Et cette dernière se montra à la hauteur de ses espoirs. A peine fut-il entré dans la clairière que le vampire se retrouva épinglé. Adressant un clin d’œil à son amie, la daemon se laissa tomber à terre, un peu en retrait, prenant la liberté de répondre à Sanada.


Namida Kimiko, pour te servir, daemon à plein temps part tes soins, chère Sanada-sensei. Et l’agrafé est un vampire quelconque s’étant mis en tête de m’attraper.

La jeune fille avait branché tous ses réflexes en mode on. Il était dangereux de se dévoiler à nue ainsi, mais elle devait le faire pour obtenir ce qu’elle souhaitait. Il n’empêche que son ki était concentré dans chaque parti de son corps, et elle était tendue comme un élastique, prête à réagir au moindre mouvement suspect.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:53 (2018)    Sujet du message: Retraite [libre]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Japan's Dark Face Index du Forum -> Rôle Player Game -> Grands Espaces -> Alpes Japonnaises Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com